La Basilique du Folgoët

Ding ding dong,

le doux dingue Salaün Ar Foll clame dans la forêt

"Itron Gwerc’hez Vary” "Ave Maria Ave Maria"

après sa mort un miracle aurait eu lieu,

voici comment débute l’origine légendaire de la construction de la basilique du Folgoët…

Salaün Ar Foll, bâtisseur de la basilique du Folgoët ? Non bien sûr mais ce personnage et les mots qu’il aurait prononcés sans cesse durant sa vie y résonnent encore. Suite aux miracles qui auraient eu lieu après sa mort, l’endroit devient un haut-lieu de pèlerinage. Encore aujourd’hui, plus de 20 000 pèlerins s’y rendent chaque année le premier week-end de septembre. Moment collectif où piété et croyance se mêlent à une pointe de folklorisme lors du pardon avec la sortie des bannières et des costumes. Toutefois, sa renommée n’est pas due uniquement à la ferveur religieuse et la légende qui l’entourent. L’édifice est aussi un très bel ensemble architectural. Eglise gothique de style flamboyant, sa construction est décidée sous le règne de Jean IV, duc de Bretagne, et fut achevée sous le règne de son fils Jean V en 1453. Anne de Bretagne s’y est rendue à plusieurs reprises, renforçant ainsi sa popularité. Victime d’incendies et de dégradations durant la période révolutionnaire, elle a néanmoins conservé son incroyable jubé, tout en pierres de kersanton finement ciselées. En extérieur, il ne faut pas non plus oublier d’aller jeter… un œil à l’étonnante fontaine, qui prend sa source sous le maître-autel de la basilique.

Ding ding dong,

la visite se termine,

il est temps d’aller faire un tour au musée installé tout à côté

pour approfondir ses connaissances sur l’histoire de la basilique.